1 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne. Devenez membre privilégié en cliquant ici
[Visiteur - Connexion] Le site historique et bibliographie de la Savate Boxe Française, Chausson, Canne et Bâton jeudi 20 septembre 2018
Sujets
Recherche
Connexion ...
Bonjour, Visiteur
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 1
Membre(s) : 0
Total :1

Administration
Derniers Articles
Activité du Site
Pages vues depuis 01/01/2009 : 908 058
  • Nb. de Membres : 190
  • Nb. d'Articles : 93
  • Nb. de Forums : 4
  • Nb. de Sujets : 9
  • Nb. de Critiques : 1

Top 100  Statistiques

Sondage

   Votre avis sur le site
 Super
 Très bien
 Bien
 Moyen
 Passable

  Results, Résultats


  • Votes : 30
  • Commentaire(s) : 1
Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Ephémérides
En ce jour...
1783
Les frères Mongolfier présentent, à Versailles, leur invention à Louis XVI et à la cour.
1888
Premier concours de beauté du monde. La gagnante est une jeune créole de 18 ans, Bertha Soucouret.
1899
Seconde grâce de Dreyfus, après son deuxième procès.
2009
Ste Amélie Emilie

Historique : Martin Nadaud, Mémoires de Léonard

Rechercher dans Extraits Choisis

Mémoires de Léonard
Ancien garçon maçon

Martin Nadaud
A. Duboueix - Imprimeur Libraire - Bourganeuf - 1895

Pages 95 à 97

...
Ces jalousies, ces rivalités folles qui existaient entre les ouvriers d'un même métier, d'un même département, étaient encore plus ardentes pour nous les jeunes. Lorsque nous allions nous promener aux barrières ou que nous voulions mettre les pieds dans les bals, on nous recevait partout avec tant de dédain que le besoins de nous faire respecter, nous rendaient batailleurs

Cette disposition ne fut pas étrangère à l'ouverture d'un très grand nombre de salles de chausson dans notre quartier.

Ainsi, le premier maître de chausson qui arriva parmi nous, à la célébrité, fut un nommé Toulouse. Il eut pour élève, Gadoux, qui était de mon village et celui-ci arriva à la réputation des grands maîtres. Je demandai à aller dans sa salle, mais mon père lui avait fait prometre de ne jamais m'accepter et il lui tint parole.
Le Samedi 24 octobre 2009 @ 09:24:21 [Lu 3055 fois]
Lire la suite... | 3 786 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami : Historique  

Historique : Les cancans et les bagouts des rues de Paris

Rechercher dans Extraits Choisis

Les cancans et les bagouts de Paris
à l'usage des bons vivans de la ville et des faubourgs, recueillis pour l'instruction des générations présentes et futures

Imprimerie de Tiger - Paris

Le perruquier et le tondeur de chiens

Page 3

LE TONDEUR.
Où qu'ça m' demang', v'la que tu m' gratte;
Si tu voulais queuq' coups d' savatte ;
Arriv' : j' allons nous nous arsouiller;
Ça m' frait plaisir de l' houspiller.

LE PERRUQUIER.
Si je n' craignais qu'une pratique
N' vint à passer d' vant ma Boutique
Va, je te donnerais une leçon ;
Je sais un peu manier l' bâton.
Le Jeudi 22 octobre 2009 @ 08:30:11 [Lu 3554 fois]
Lire la suite... | 3 865 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami : Historique  

Historique : Richard O'Monroy, Le Capitaine Parabère

Rechercher dans Extraits Choisis

Le Capitaine Parabère

Par le Vicomte Richard (O'Monroy)
Calman-Levy Editeur - Paris - 1882

Page 175 à 177

RÉGÉNÉRATION

Un jour, en donnant, à son réveil, un coup d'œil aux journaux du matin, Maxence lut le fait divers suivant:

« Encore les attaques nocturnes! L'avant-dernière nuit, rue Galande, au coin de la rue des Anglais, le sieur Campanoul rentrait paisiblement lorsqu'il fut attaqué par quatre individus qui se jetèrent brusquement sur lui et cherchèrent à le terrasser. Mais ils avaient affaire à forte partie. Campanoul est passé maître dans l'art de la savate et du chausson. D'un coup de tête il envoya le premier agresseur rouler à dix pas; puis, se penchant en avant, il détacha dans la figure du second une ruade qui lui fracassa la mâchoire; quand aux deux autres il les prit chacun par un bras, et après les avoir cognés deux ou trois fois l'un contre l'autre pour les étourdir , il les conduisit lui-méme au poste »

Maxence fut enthousiasme. Un contre quatre se dit-il quelle belle chose que la force! elle impose et elle s'impose. Moi, jamais je n'aurais pu comme ce Campanoul mener ces quatre hommes au poste. Au contraire ce sont eux qui m'auraient probablement terrasse! ils m'auraient dévalisé, c'est honteux.
Le Samedi 17 octobre 2009 @ 16:19:33 [Lu 2335 fois]
Lire la suite... | 4 413 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami : Historique  

Page Suivante


cssvalid.jpg npds.gif npds.gif leouaibe.png
Ce site est trop bien pour Internet Explorer, testez le sur Firefox !

Page générée en : 0.0831 seconde(s)